c’est l’ été

Pokemon est arrivé aussi. D’aucun se plaigne de passer trop de temps devant leurs ordinateurs, mais sont prêts à passer des heures devant leurs Facebook et autres. Encore plus fort avec ce nouveau jeu de pokemon, il s’agit de se balader maintenant dans les rues de regarder le monde à travers son Smartphone pour voir où se cachent les pokemon…. On croit rêver!

Pourtant c’est une bonne nouvelle. Les adeptes de ce nouveau jeux vont devoir sortir de chez eux. Vont devoir marcher. Vont devoir regarder la vraie ville qui les entoure. Vont devoir suivre leur propre avatar.

Pourtant c’est une triste nouvelle, pour notre pauvre cerveau, pour nos pauvres yeux, qui encore une fois n’auront pas de possibilité de se relaxer. Stimulation par écran, de jour comme de nuit. Yeux braqués sur un écran de petite taille, alors que les mêmes réclament de grands écrans au travail.

Pourtant c’est une très mauvaise nouvelle, par cette envahissement croissant de la réalité augmentée virtuelle. Et c’est bien là le comique de l’histoire. On nous parle de réalité virtuelle augmentée, alors qu’il suffit de ranger son Smartphone, pour la voir, le sentir, la gouter, la palper, la parcourir cette bonne vieille réalité.

Les logiciels informatiques métiers sont ils HUMAN°-compatible ?

Je reviens d’un nouveau séminaire sur le thème des RPS, que j’ai animé à LYON, pour un établissement de soins. Hier soir, j’ai visionné comme des millions de français HUMAN de Arthus-Bertrand. Quel rapport me direz vous ?

Cette animation de deux jours m’a apporté des éléments de réflexions qui se sont révélés en regardant ce documentaire. Tous les formateurs sont d’accord, autant on donne de l’information, autant on en reçoit. Encore faut il un déclic pour que le paradigme émerge.

Que nous disent ces « humains » dans leurs propos? L’amour, la Haine, l’Espoir, la Famille, mais surtout le temps qui passe. Cette histoire que l’on donne quand on est enfant, que l’on porte à l’âge adulte, et que l’on doit transmettre aux plus jeunes au moment de s’en aller. Si je devais retenir une seule chose de ce documentaire, c’est que tous parlaient du temps qu’il faut consacrer à son épanouissement personnel, et aux autres qui nous accompagnent dans le travail comme dans nos vies privées.

Que me disent les cadres qui subissent mes formations RPS? Parmi les plaintes que j’entend souvent en séminaire lors des moments de libre parole que j’offre, il y a « le temps qui va trop vite », dans un contexte de nouvelles techniques de communication (NTC). NTC qui ne sont plus si nouvelles (Facebook 2004-twitter 2006). Tous les salariés se plaignent des mails incessants, et du Smartphone qui bipe à chaque SMS… Ce qui a été « le fin du fin » de la reconnaissance professionnelle  (j’ai ou je n’ai pas d’ordinateur, de boîte mail; j’ai ou je n’ai pas de Smartphone) se transforme en objet de torture. Quel paradoxe.

A y regarder de plus prêt, c’est surtout des logiciels métiers que les salariés se plaignent. En particulier,  de l’instabilité de l’interface de leur logiciel métier. Voilà une piste de réflexion pour les années à venir, les formulaires administratifs, les dossiers papiers sont restés immuables de nombreuses années, les logiciels métiers au prétexte de nouveauté modifient leur interface, à l’imitation des applications de Smartphone (nouveau logo de GOOGLE°, nouvelle couleur, nouveau bouton….). hors l’outil de travail a besoin de stabilité, comme la pelle et la pioche sont les mêmes depuis la nuit des temps dans les métiers du bâtiment.

Je gage que si demain, les outils logiciels métiers, ou les NTC, stabilisent leurs interfaces, les salariés arrêteront de s’en plaindre. ils ne perdront plus de temps à s’adapter sans cesse à des modifications qui ne font plaisir qu’à ceux qui les font, ou à ceux qui les vendent.

Le cerveau Humain a besoin de stabilité, d’habitudes, pour avoir le temps de se consacrer à la créativité, à la relation, à l’innovation…. à l’occuper à perdre son temps à s’adapter à de nouveaux clicks, on le condamne à l’épuisement.